vendredi 16 novembre 2018

Gilets jaunes

Je n'ai aucune sympathie pour ce gouvernement, je n'ai aucune sympathie pour ce président que je n'ai pas élu, c'est assez notoire. J'aurais beaucoup aimé pouvoir me réjouir de voir qu'enfin des gens se révoltent contre les actions de ces nantis qui ruinent le pays. Sauf que non. Je n'ai aucune sympathie non plus pour ces gens qui se révoltent parce que le prix de leur carburant augmente de quelques centimes. 

Que le prix du carburant augmente ne me pose pas vraiment de problème. Je suis prêt à appuyer tout acte qui aurait pour conséquence de réduire l'utilisation de la voiture. Sauf que là le but du jeu n'est pas vraiment de réduire l'utilisation de la voiture individuelle. Le but du jeu c'est de vendre des voitures, d'autres voitures; on te propose d'abandonner une voiture qui utilise tel carburant pour une voiture qui se meut autrement. On reste dans un monde capitaliste où on te propose d'acheter, d'acheter, d'acheter. Une voiture, qu'elle fonctionne à l'essence, au diesel, à l'hydrogène, à l'électricité ou au jus de carotte, reste une voiture, un objet dont la simple fabrication est un acte de pollution inutile. Notre gouvernement en augmentant les taxes sur un carburant n'a aucune visée écologique, c'est assez évident. 

Cette arnaque étant dénoncée, peut-on pour autant défiler avec des gens qui se battent pour le droit de continuer à polluer en toute tranquillité? En ce qui me concerne, c'est non. On te dit que ça concerne des gens qui n'ont pas le choix, qui n'ont pas de moyens, des gens qu'on est en train d'étrangler financièrement. Dans le même temps, ces gens trouvent normal de s'endetter pour acheter une voiture puis un permis à un prix exorbitant pour avoir le droit de la conduire. Ils trouvent normal que cette voiture doive être changée régulièrement. Et aujourd'hui ils se battent non pas pour réduire leurs frais mais pour pouvoir continuer à payer encore plus, à dépenser encore plus, à conduire encore plus, à polluer encore plus. Les distances parcourues en voiture augmentent tous les ans et les gens se battent pour les augmenter encore plus. L'incohérence est tellement flagrante que je n'arrive pas à comprendre que ces gilets jaunes soient aussi nombreux; ils ne pensent pas?

Pour moi la seule perspective viable écologiquement c'est de diminuer les distances entre les différents lieux de vie, de limiter les moyens de locomotion motorisés individuels, de privilégier les transports en commun. Je ne me battrai jamais pour pouvoir conduire plus.

lundi 12 novembre 2018

Quien te cantara

C’est l’histoire d’une chanteuse qui ne chante plus depuis dix ans et qui fait une tentative de suicide quand elle apprend par son imprésario qu’elle doit remonter sur scène parce qu’elle n’a plus de sous. Manque de bol, imprésario arrive à la sauver et elle s’en tire après un petit séjour à l’hôpital sans aucune séquelle si ce n’est une grosse amnésie. Elle ne sait plus qui elle est, et encore moins les paroles des chansons qu’elle doit interpréter pour son retour sur scène. Et le temps qu’il lui reste pour réapprendre qui elle est est restreint. Comment se réapproprier son personnage ? Il y a des enregistrements, des vidéos, mais est-ce que ce sera suffisant ? Finalement elle a l’idée de génie de se faire coacher par un imitateur…

C’est un film un peu particulier, qui ne respire pas la bonne humeur, avec de très beaux portraits de femmes (les hommes sont secondaires dans ce récit), mais des femmes meurtries, abîmées par la vie; il n’y a pas de gens heureux dans cette histoire. C’est un film que j’ai apprécié, où l'image est magnifique, où la question des rapports mère-fille est intéressante, où la question du double et de l'identité est prenante. J'ai été surpris en sortant d’entendre un spectateur demander à son voisin «mais c’est qui qui s’est suicidé à la fin?» alors que pour moi tout était limpide ; ce n’est donc peut-être pas un film d’accès facile. Qui est qui?


mardi 6 novembre 2018

Bohemian Rhapsody

Avant même que le film soit sorti, j'avais entendu toutes les critiques négatives possibles des journalistes ayant eu la chance de voir le film en avant-première.

On disait que c'était de la réappropriation culturelle et que l'acteur qui incarnait Freddie Mercury était beaucoup trop blanc par exemple. J'ai pu constater que le film était très explicite sur les origines géographiques de Freddie Mercury et ne faisait aucune impasse sur son statut d'émigré récent. Par ailleurs la critique m'a parue un peu déplacée, quand j'étais adolescent et que j'écoutais Queen je n'avais aucune idée des origines ethniques du chanteur et ce n'était absolument pas un sujet de discussion. C'est devenu un sujet bien après sa mort, si tant est que ça en soit un.

On disait que le film était trop accès sur la partie hétérosexuelle de sa vie et omettait presque sa vie homosexuelle. Ce n'est pas ce que j'ai vu à l'écran. Et il serait peut-être utile de rappeler aux gens d’aujourd’hui que du temps où Freddie Mercury était vivant il n'était pas si facile que ça de revendiquer son homosexualité, on pouvait encore aller en prison pour ça et je me souviens très bien du tombereau de grossièretés nauséabondes qui ont fleuri dans les journaux à sa mort. Il se trouve que je vivais en Angleterre quand il est mort, et j'avais été profondément choqué par le déferlement médiatique sur les perversités supposées du chanteur. Qui aurait voulu supporter ça de son vivant? Sans compter que le sida n'était pas vraiment une maladie dont on parlait de façon neutre à l'époque. Bref, il y a des polémiques qu'on ferait bien de remettre dans le contexte de l'époque avant de les soulever.

Et puis, faut-il le rappeler, il s'agit d'un film, d'une fiction, pas d'un documentaire. La seule critique que j'ai peut-être trouvé justifiée, c'est celle sur l'utilisation d'une prothèse dentaire qui semble un peu exagérée. Quant à ceux qui auraient aimé des images réelles du concert à Wembley, ils peuvent sûrement les trouver sur internet ou ailleurs, on ne va pas au cinéma pour regarder un documentaire télévisé.

Tout ça pour dire quoi au final sur le film? Que j'ai passé un très bon moment, que ça m'a transporté avec joie des années en arrière, que j'ai vraiment beaucoup aimé. Si vous avez aimé la musique de ce groupe, n'hésitez pas à aller voir le film, ça donne envie de chanter et de danser sur son fauteuil!


mardi 30 octobre 2018

Le grand bain

Forcément un film avec des hommes qui font de la natation synchronisée, c'était évident que j'allais aller le voir. Sauf que ce n'est pas un film sur la natation synchronisée mais un film sur la dépression, sur un groupe d'hommes qui se retrouvent hors course dans notre monde en recherche permanente de succès.  Un groupe d'écorchés de la vie qui ont besoin d'un but pour aller de l'avant. Leur bulle d'oxygène, le moment où personne n'est là pour les juger, pour leur rappeler leurs échecs, c'est leur entraînement à la piscine. C'est un film très touchant, très émouvant, une très belle réalisation sur les rapports humains compliqués avec un casting exceptionnel et toujours hyper juste dans son rôle. Une réussite!


dimanche 28 octobre 2018

Obsolescence programmée

Mon ordinateur de bureau à la maison fonctionne parfaitement bien par rapport à ce que je lui demande. Mais il n'est pas neuf, je l'ai acheté en 2012, il a six ans. Apparemment c'est beaucoup trop six ans pour un ordinateur. Ma protection anti-virus est arrivée à expiration et je ne peux pas la renouveler. Quand je veux la renouveler, on me répond que mon windows 7 n'est plus à jour et qu'il faut que je me mette à jour. Quand je vais sous windows 7 mon ordinateur me répond qu'il n'y a plus de mises à jours pour windows 7 et qu'il faut que je passe en windows 10. Et quand je me renseigne pour passer à Windows 10 on me répond qu'il faut que je change d'ordinateur pour un modèle plus récent, ce que je n'envisage pas de faire.

vendredi 26 octobre 2018

Natation (10)

Concernant le dos, en fin d'année scolaire en juin dernier, j'avais noté ça: 
"Je ne sais pas pourquoi, ça a été la nage la plus facile à apprendre pour moi. J'ai un bon battement de jambes, une bonne horizontalité. Du coup je suis un peu paresseux des bras, il faut que je travaille un peu plus ma poussée avec les bras."

Eh bien ça n'a pas raté, cette année à la rentrée le maître-nageur m'a fait la remarque qu'il n'y a pas de pause dans le mouvement des bras, c'est un moulinet constant. Et c'est vrai que mon dos crawlé est un peu paresseux et que j'ai tendance à rajouter des temps de glisse qui n'ont pas lieu d'être. Mais tu fais comment pour t'entraîner à nager le dos?

Parce que quand tu vas à la piscine municipale, tu vois bien des gens qui nagent du dos. La plupart du temps c'est un truc très reposant où il n'y a aucune poussée des bras sous l'eau, juste une lente propulsion des pieds. Alors oui, ça tu peux le faire sans gêner personne. Par contre dès que tu veux nager un vrai dos crawlé rapide, c'est juste impossible, sauf à avoir un couloir de nage pour toi tout seul, ce qui est assez rare. Dans le cas contraire, vu que tu n'as aucune visibilité, tu te retrouves très rapidement à buter dans les pieds de quelqu'un devant toi dans la ligne, ce qui n'est pas du tout souhaitable.

A la piscine municipale je ne nage pratiquement que du crawl et de la brasse. J'ai rarement l'occasion de faire du dos ou du papillon, ce qu'on me demande à l'entraînement du club.

mercredi 24 octobre 2018

Girl

Je voulais absolument voir ce film, le sujet m'intéressait, cette jeune fille née dans un corps masculin dont elle veut se séparer, je voulais voir comment il serait traité. Globalement je me suis ennuyé.

Le film est bien fait pourtant, j'ai apprécié l'humanité du père et de tous les intervenants médicaux, il y a une bienveillance quasi constante des acteurs à l'écran, sans tout de même tomber dans le parti pris trop flagrant et éviter la curiosité parfois malsaine du monde extérieur (les scènes de la piscine et de la soirée qui suit sont glaçantes mais nécessaires). Mais pourtant ça ne prend pas, en grande partie parce que le personnage principal est quasi muet.

Lara ne parle pratiquement jamais, on a l'impression qu'il faut lui arracher les vers du nez, elle consent juste parfois à laisser échapper un sourire qui semble contraint ou des larmes qui paraissent fausses. Il n'y a aucune vie dans ce personnage principal, c'est une enveloppe vide, Lara est d'une froideur qui ne pousse pas à l'empathie. Je suis content que ce film existe, que ce sujet soit traité et exposé au regard du grand public, mais je trouve que c'est un pari un peu audacieux de vouloir intéresser son public avec un personnage principal qui réagit si peu à son entourage.

Quant à la fin, je l'ai trouvé pénible à regarder et totalement absurde. On finit sur un sentiment de malaise qui n'était peut-être pas nécessaire.