jeudi 22 juin 2017

10km L'Equipe

Dimanche 11 juin, il y avait le 10km de l'Equipe que j'avais boycotté les années précédentes (parce que son tarif et son organisation annoncent plus une bonne affaire commerciale qu'un esprit sportif) mais auquel j'avais cédé cette année parce que le parcours au centre de Paris était très attractif. Remonter la rue de Rivoli en courant sans apercevoir l'ombre d'une voiture, c'est toujours un plaisir.

Par contre mon corps était encore au rythme de ma semaine à Ibiza, j'avais fait la fête la veille, étais rentré chez moi vers trois heures du matin à Vélib. Quand le réveil a sonné ce matin, après à peine trois heures de sommeil (maintenant on te demande pratiquement d'arriver une heure avant le début de la course pour avoir le temps de poser ton sac à la consigne et de rentrer dans les sas de départ en toute tranquillité!), je me suis demandé s'il était vraiment raisonnable de sortir de mon lit. Mais bon, ce n'était que 10km.

A neuf heures, quand le départ fut donné, je baillais encore à m'en décrocher la mâchoire, j'avais les yeux qui piquaient. Est-ce une raison pour expliquer mon mauvais score? Il m'a fallu 49 minutes 07 pour courir ce 10km, ce qui est presque un record négatif pour moi. A aucun moment pendant ma course je n'ai eu l'impression d'être vraiment réveillé, à aucun moment je n'ai réussi à mobiliser mon corps et ma tête en mode course. En plus j'ai très rapidement trouvé qu'il faisait chaud, trop chaud pour courir. Je suis quelqu'un qui ne supporte pas vraiment de courir au soleil, même quand je suis en pleine forme ça nuit à mes performances. Grosso modo c'est une course à oublier, ça me servira de leçon pour les autres fois. 

(après j'ai été à la salle de sport pour une heure de Body Attack, me disant que la salle était climatisée, mais j'étais quand même bien crevé, j'ai été faire la sieste après pour terminer ma nuit.)

dimanche 18 juin 2017

Des bulles

Machinalement j'ai commandé une eau gazeuse. Et je me suis rendu compte que, sans le faire exprès, j'avais arrêté de boire du vin. Ça fait quelques temps déjà que ma consommation d'alcool est en baisse, sans vraiment que ce soit volontaire. Plus je bois des jus de légumes ou de fruits, moins j'ai envie de boire de l'alcool.

Cependant ça m'arrivait encore, jusqu'à récemment, de boire un verre de vin rouge en allant au restau, mais juste un verre, pas deux. J'étais un alcoolique mondain. En rentrant d'Ibiza, je me suis rendu compte que je n'y avais même pas bu une seule goutte d'alcool. Tous mes dîners au restau ont été accompagnés d'une eau pétillante, et en dehors de ce repas j'ai fait consommation essentiellement de jus de carottes-orange ou d'horchata. Pas un seul mojito, pas une seule piña colada. Que m'arrive t-il?

Du coup revient la question de toutes ces bouteilles de vin qui sont amassées chez moi et que je sais que je ne vais pas boire. Que vais-je en faire? Les vider dans l'évier? Il faudra probablement que je m'y résolve, certaines doivent déjà être inconsommables, tous les vins ne se conservent pas.


mercredi 14 juin 2017

J'apprends l'espagnol (24)

Quelle est la probabilité en apprenant une langue étrangère comme l'espagnol de tomber sur le mot raton laveur?

Moi je l'ai appris en bronzant avec des lunettes de soleil. Quand j'ai enlevé mes lunettes sur la plage pour aller nager, mon voisin de serviette m'a dit que j'avais une tête de "mapache".

lundi 12 juin 2017

Ibiza 2017 (15)

Ensuite il a fait beau tous les jours, avec cette luminosité que j'aime temps ici, et cette chaleur qui n'est jamais étouffante comme elle peut l'être à Paris. Les jours se sont suivis et se sont ressemblés: piscine de l'hôtel le matin, petit-déjeuner tardif sur le port, après-midi à la plage, jogging éventuellement le long de la baie au coucher de soleil, resto en ville et promenade nocturne, le rythme tranquille des vacances.

Et il y a eu le retour à Paris, où il faisait un temps étouffant, plus chaud qu'à Ibiza. J'ai repris mes habitudes, le Body Attack, la piscine, ma vie parisienne, fin de cette parenthèse enchantée, ... jusqu'à la prochaine!