jeudi 24 mai 2018

Jardin Nelson Mandela

Ces jours passés la mairie de Paris a fait de la communication sur le jardin Nelson Mandela, cet endroit qui était en travaux depuis des mois en plein centre de paris et qui enfin accessible aux passants, le présentant comme le nouveau poumon vert de la capitale. Quand j'ai entendu ça, je me suis un peu étranglé, et j'ai fait la remarque que ça manquait un peu d'arbres. Si vous êtes passés du côté des Halles récemment, vous avez probablement constaté que vous avez une vue dégagée sur l'église Saint-Eustache, une vue dégagée sur la canopée des Halles, une vue dégagée sur la bourse du commerce. Il y a des bouts de pelouse entre des morceaux de béton et de bouches d'aération, mais si vous voulez vous asseoir à l'ombre du soleil estival c'est impossible. Si vous avez un peu de mémoire, vous vous souviendrez probablement que ce n'était pas le cas avant les travaux. Ça n'a pas empêché le Community Manager de madame Hidalgo de me répondre qu'il y avait plus de 500 arbres plantés sur ce jardin. Vous imaginez une forêt de 500 arbres, l'espace que ça prendrait? Vous visualisez ça actuellement devant Saint-Eustache? Moi pas. Ou alors ce sont des arbres qui mesurent un mètre de hauteur...

J'aime les arbres, j'aime la nature, je n'aime pas le béton qui nous envahit de partout et qui occupe tous les espaces libres de la ville. Je suis toujours triste quand on abat un arbre qui a réussi à passer le cap des années. Je ne peux que constater qu'à Paris il n'y a pas ou peu de vieux arbres dans l'espace public. Dès qu'il y a des travaux quelque part, on commence par abattre les arbres présents, quitte à en replanter d'autres après. Du coup on ne voit que des jeunes arbres, des arbres condamnés à mourir jeune. Et on se congratule d'avoir mis de la verdure dans la ville quand on plante un arbuste avec trois pâquerettes à son pied à l'endroit où avant trônait un chêne majestueux. Pourquoi n'est-on pas capable quand on fait des travaux d'aménagement de prendre en compte les arbres déjà présents? Peut-on penser qu'un arbre de 100 ans a la même valeur qu'une pousse de 3 ans? Ne peut-on pas sanctuariser les vieux arbres? L'homme n'est pas fait pour vivre sur des dalles bétonnées.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire