vendredi 4 mai 2018

Foxtrot

En voyant la bande annonce, des gens qui dansent, on s'attend à un film joyeux, agréable, reposant. C'est tout sauf ça. C'est un film lourd et pesant qui dénonce l'absurdité du totalitarisme militaire. Les silences sont longs, l'atmosphère est anxiogène, c'est un film qui met mal à l'aise.

On frappe à la porte des Feldman, des militaires. Madame Feldman tombe dans les pommes, les militaires l'emportent d'office dans sa chambre et lui injecte un sédatif sans demander l'avis de personne. Le mari est présent, immobile, impuissant. On lui annonce la mort de son fils qui effectue son service militaire dans un coin paumé à la frontière. Son monde s'écroule. On lui annonce comment seront organisés les funérailles, il n'a pas son mot à dire, on lui impose les actes religieux qu'il devra exécutés, on apprendra plus tard qu'il est athée. C'est pesant, c'est froid, c'est méthodique. Il n'a aucune information sur la façon dont son fils est mort, on ne l'autorise pas à voir la dépouille mortelle, il doute même de l'existence de cette dépouille. Va t-il devoir transporter un cercueil vide sans jamais savoir ce qui est arrivé à son fils?

Ce n'est pas un film joyeux, ce n'est pas un film animé, ce n'est pas un film où on rit. Même les scènes où on danse sont tristes à mourir. Mais c'est un film qui est très bien fait et qui vaut la peine d'être vu. On s'y sent mal à l'aise, mais ça donne l'occasion d'ouvrir une réflexion.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire