lundi 12 mars 2018

Pompidou (7)

Quand j'ai vu en passant devant le musée à travers les vitres ces amas de couleur, ça a tout de suite attiré mon attention. J'ai regardé sur le site internet du musée, j'ai vu le nom de Sheila Hicks, un nom inconnu pour moi. Et donc un midi pendant ma pause déjeuner, l'un de ces jours gris qui sont si fréquents en ce moment, j'ai quitté la grisaille du ciel pour aller voir cette débauche de couleur qui avait capté mon regard.

Sheila Hicks travaille le textile d'une façon inhabituelle pour moi. Ce n'est pas de la tapisserie, ce n'est pas du canevas, ce n'est pas du tissus, ce n'est pas de la broderie ou du travail de dentelle, c'est beaucoup plus brut. Ce sont des amas de matières, d'immenses cordages à l'état plus ou moins rugueux, mais aussi des petits tableaux de pièces tissées avec des éléments externes incorporés par une fantaisie qui détonne.

Je n'ai pas tout aimé, mais j'ai trouvé ça très intéressant, très créatif. Et du coup ça m'a donné plein d'idées de créations à venir, ça a boosté ma créativité. Une exposition qui vaut le détour, qui questionne le rapport au tissage et à la sculpture.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire