samedi 20 janvier 2018

Tolède (3)

En sortant du musée du Gréco je suis passé à l'église voisine Santo Tomé où se trouve la fameuse et colossale peinture (pratiquement cinq mètres de hauteur sur quatre de large!) de l'enterrement du comte d'Orgaz (photos interdites mais on en trouve partout). Beaucoup trop de monde pour vraiment apprécier cette toile dont on est tenu à distance. Par contre la surprise de trouver dans cette église une vierge noire; comment est-elle arrivée là?


Ensuite j'ai été visité la cathédrale de Tolède, un truc gigantesque dans lequel je n'ai senti aucune religiosité. Une hauteur sous nef sidérante, des déambulatoires larges et vides, on se demande où sont célébrés les offices religieux. Au milieu il y a un immense espace fermé pour le chœur et les gens d'église, un autre espace clos avec ce qui semble un autel, mais devant lequel il y a très peu de place pour assister à une messe. Se peut-il que les croyants assistent à la messe en aveugle sur les côtés? Je n'ai pas aimé cette cathédrale, je n'ai pas aimé la débauche de dorures et de bois polychromes qui semblait crier au peuple "ce lieu n'est pas pour toi, il est pour les riches et les puissants". On a l'impression de visiter un musée à la gloire de l'église plus qu'un espace religieux. Je n'ai jamais aimé ce côté de la religion qui en fait une entreprise d'accaparement des richesses en échange d'une vague promesse d'un au-delà meilleur. On est loin d'un éventuel vœux de pauvreté dans cette cathédrale.







2 commentaires:

  1. Merci de me rappeler Tolède. Son souvenir m'est cher.
    A propos de l'immense cathédrale de Séville, un chanoine se serait écrié : "Faisons une église assez grande pour que ceux qui la verront achevée, nous tiennent pour des fous !"
    Source : https://archive.org/stream/leglobe31sociuoft/leglobe31sociuoft_djvu.txt
    On sait combien la gloire de Dieu peut cacher l'orgueil des hommes.
    Comme partout alors, le chœur était réservé aux chanoines. Par la suite, beaucoup de jubés ont été détruits, parfois remplacés par une grille. Le peuple avait ses églises paroissiales. Quant au sentiment de religiosité, il n'a cessé de varier.
    Je te souhaite mille découvertes. Pour les arts, inutile de te donner de conseils. Par contre pour la bouffe ...
    Pipo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire. Je suis passé plusieurs fois par Séville, mais je n'ai pas encore visité la cathédrale. De l'extérieur elle ressemble plus à un immense complexe qu'à une cathédrale, un assemblage où je crains de ne pas non plus ressentir le côté religieux.

      Supprimer